Accédez à vos comptes

Chers investisseurs,

Je vous présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui commence.
Que 2019 vous soit une belle et heureuse année.

A cette occasion, permettez-moi de vous faire un point sur le fonds montbleu Sherpa, fonds PEA-PME qui aura beaucoup souffert en 2018. C’est le moins qu’on puisse dire, 2018 aura été une année noire…avec une chute brutale de 33,0% contre un indice CAC Mid & Small en baisse de 20,2%.

 

Comme vous pouvez le constater sur le graphique ci-dessus, le fonds a décroché à partir du mois de juin 2018, suite aux premières menaces protectionnistes de Donald Trump.

Le spectre d’une guerre commerciale et les craintes d’un ralentissement de l’économie mondiale ont beaucoup pesé sur les valeurs perçues comme cycliques, en particulier sur les valeurs du secteur automobile. Comme si ces inquiétudes ne suffisaient pas, la menace du président américain d’imposer 25% de droits de douane aux véhicules importés aux Etats-Unis a fini de convaincre un marché déjà fébrile de « larguer » (vous me passerez l’expression) tout le secteur sans discrimination. Je n’imaginais pas un instant que les valeurs du secteur pourraient être malmenées à ce point sur les marchés au cours du second semestre. Ce fut d’une extrême violence, d’une violence bien excessive à mes yeux en tout cas.

Sur l’année 2018, PVL aura perdu 52%, Akwel -52% également, Faurecia -49%, Delfingen -53%… Les discours des dirigeants de ces équipementiers, que j’ai rencontré au cours des trois derniers mois 2018 et avec qui j’ai beaucoup discuté, sont malgré tout plutôt rassurants.
Ils ont bien signalé quelques perturbations dans la production, liées à l’entrée en vigueur depuis le 1er septembre dernier de la nouvelle norme WLTP. Cette norme vient durcir la réglementation concernant les émissions polluantes. Cependant, les carnets de commandes n’ont pas fondu pour autant. Il s’agit de perturbations et de décalages de productions, pas d’annulations complètes de commandes ! Cela n’aura pas empêché le cours de certains équipementiers de baisser de plus de 50% sur l’année !  Malgré les craintes légitimes d’un ralentissement des ventes de voitures dans certaines zones (les US par exemple), le monde ne va pas s’arrêter de tourner et la demande ne va pas chuter aussi brutalement que l’ont fait les cours.

Certaines actions d’équipementiers sont aujourd’hui clairement « à la casse », et présentent de belles opportunités d’investir sur le long terme, j’insiste ici sur le « long terme », car nul ne peut prédire l’humeur du marché dans les prochaines semaines ou prochains mois.

Comme je l’indique dans le rapport mensuel de décembre 2018, les small cap ont encore plus baissé que les mid, qui elles même ont plus baissé que les large cap. Le CAC 40 a ainsi relativement bien résisté en ne perdant « que » 11% en 2018.
Ce delta s’explique par une liquidité moins importante sur les petites capitalisations, donc des variations de prix plus fortes, à la hausse comme à la baisse.

Par ailleurs, les fonds PEA-PME de la place de Paris ont subi de forts dégagements, en particulier sur la deuxième partie de l’année, pesant mécaniquement sur les cours des Small cap.
En 2018, les fonds Small et Mid ont connu 10 mois de décollecte pour un cumul estimé par Portzamparc (un de nos courtiers et bureaux d’analyse) à 1,7Md€ dont plus de 520M€ sur le segment des fonds PEA-PME. La forte collecte de 1,9Md€ connue en 2017 a donc été presque intégralement effacée.

Les variations de cours des Small et Mid caps sont fortement soumises à cette logique de flux. Ce n’est donc pas tant pour des raisons propres aux entreprises, propres à leurs fondamentaux, que pour des raisons techniques de flux que les cours ont été autant affectés en 2018.
Les investisseurs qui sont arrivés en masse en 2017, en courant après le train, de façon souvent irrationnelle ou tout du moins très optimiste, ont pris peur au deuxième semestre 2018 et ont déserté le segment des PME, tout aussi rapidement, sombrant à mes yeux dans un excès de pessimisme.

Ce sont précisément ces phases d’excès de pessimisme qui offrent des opportunités intéressantes. Comme le dit si bien Warren Buffet, un modèle pour tout investisseur qui veut réussir : « Soyez craintif quand les autres sont avides. Soyez avide quand les autres sont craintifs. »

Conséquence de cette claque en 2018, on peut constater aujourd’hui sur le marché des valorisations très attractives sur de belles entreprises, entreprises aussi solides que promises à un bel avenir.

Le marché a clairement jeté le bébé avec l’eau du bain.  Sans se précipiter, il serait dommage de ne pas en profiter.

Pour un investissement à horizon 5 ans, donc de « long terme », il y a bien à mes yeux un beau point d’entrée sur de nombreuses Small cap de qualité.
Ce n’est pas un discours commercial hypocrite de début d’année. Je le pense vraiment. Je n’écrivais pas la même chose il y a un an, bien au contraire. Je signalais début janvier 2018 la valorisation très élevée du CAC Mid & Small. Il affichait alors des multiples records : PER 19,4x ; VE/EBIT 16,4x.

Un an après, ces multiples de valorisation se sont détendus et sont respectivement de 14,8x et de 13,5x soit 24% et 18% inférieurs.

Les multiples du fonds Montbleu Sherpa se sont encore plus détendus sur la période.
En ce début d’année 2019, le fonds présente ainsi une décote de valorisation significative par rapport à celle du CAC Mid & Small :

Montbleu Sherpa CAC Mid & Small Décote
PER 2019e 9,1x 14,8x -39%
EV/EBIT 2019e 7,4x 13,5x -45%
EV/CA 2019e 0,89x 1,21x -26%
P/CF 2019e 6,3x 9,2x -31%

Décote moyenne des multiples considérés vs CAC Mid & Small    -35% 

Cette décote significative me rend bien plus à l’aise pour investir aujourd’hui. Ce n’était pas le cas début 2018. Et sauf crise majeure en 2019, c’est souvent après des années en forte baisse, comme on a connu en 2018 ou en 2011, qu’on réalise les meilleurs investissements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici quelques données sur le fonds au 31 décembre 2018 :

TOP 5 du fonds

Pour ne parler que des 5 principales positions, ce sont de très belles entreprises dans lesquelles je crois beaucoup :  un marché porteur, des positions fortes, des barrières à l’entrée, un savoir-faire souvent ancien, en tout cas éprouvé, des clients fidèles, une bonne rentabilité, un bon rendement sur capitaux employés, une excellente gestion, pas ou peu de dette. Des qualités intrinsèques qui payent avec le temps.

 

Répartition par taille de capitalisation

Répartition sectorielle du fonds

Les marchés peuvent être très capricieux et sont imprévisibles à court terme, passant de l’euphorie à la panique en très peu de temps, affectant violemment le cours de belles entreprises cotées en bourse, sans vraiment faire de discriminations entre entreprises solides et entreprises moins solides.

Plutôt que de prendre peur et de tout vendre dans le creux, ou de ne rien faire par quasi-paralysie, ces périodes extrêmes sont pour l’investisseur des occasions des prendre des positions sur de belles entreprises qui ont souffert d’une baisse généralisée du marché ou d’un secteur.

Investi sur le long terme et avec un très faible taux de rotation, Montbleu Sherpa est un bon support, fondé sur une approche Value, pour qui veut investir dans des petites et moyennes entreprises françaises de qualité supérieure.

Je vous remercie pour votre confiance. Je suis à votre service et me tiens à votre entière disposition pour répondre à vos questions ou simplement pour échanger.

Bien à vous,

 

Charles de Sivry

Source : Montbleu Finance