montbleu finance / Nos convictions

Le luxe : Un secteur capable de résilience

Le luxe a souffert de la chute des matières premières qui a particulièrement affecté la demande russe et brésilienne, ainsi que de la mise en place d’une politique anticorruption en Chine. D’autres facteurs ont impacté le secteur comme la menace terroriste, les crises géopolitiques, les remous provoqués par le Brexit, les élections présidentielles américaines ou encore le ralentissement des économies émergentes.
Conclusion, l’année 2016 fait figure d’année noire pour ce secteur, d’autant plus qu’une baisse générale du tourisme mondial s’est fait ressentir suite notamment à la diminution des touristes chinois en Europe et aux États-Unis. Notons également que l’appréciation du yen a eu le même effet sur l’économie japonaise.
 
Face à cette crise, les marques de luxe ont réagi en ralentissant le rythme d’ouvertures de nouveaux magasins. Elles comptent ainsi diminuer leurs investissements et soutenir le rebond de la génération de cash-flow.
Elles ont également modifié leurs stratégies afin d’accroître leur visibilité. La tendance est désormais à la vente directe plutôt qu’aux ventes en gros et à l’octroi de licences.
 
Grâce à cela, la tendance est en train de s’inverser et un retour à la croissance est à envisager pour l’année 2017. Depuis juillet, les consommateurs chinois font chauffer leurs cartes bancaires sans pour autant quitter la Chine où une accélération se fait ressentir depuis novembre. En outre, les États-Unis montrent également des signes d’amélioration à la suite de l’élection de Donald Trump. Si celui-ci avait suscité le doute dans les esprits avant son élection et provoqué une baisse de la consommation, les comportements se sont littéralement retournés peu de temps après que les Américains l’aient élu président.
Par ailleurs, la plus part des grandes maisons de luxe ont affiché une bonne performance sur le dernier trimestre 2016, non seulement à la faveur de la reprise aux États-Unis et en Chine mais aussi en raison de la dépréciation de la livre britannique qui a permis de faire bondir les ventes.
 
Ainsi, malgré des perspectives géopolitiques toujours incertaines, les prévisions pour 2017 sont mieux orientées. Au vu des excellents résultats, des dividendes plus importants peuvent être envisagés. Les valeurs du luxe pourraient ainsi trouver de nouvelles occasions de briller. De plus, le secteur dispose encore d’un potentiel de croissance : il pourrait atteindre 285 milliards d’euros à horizon 2020, soit une croissance annuelle de 3% à 4% à partir de 2017.
 
 
Sophie Fournet, Gérant
Vladimir Panier
 

Les commentaires correspondent à l’opinion de l’auteur au 28/02/2017 et sont susceptibles d’évoluer en fonction des conditions de marché et d’autres événements. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’achat ou de vente. Il a été établi sur la base d'informations et comporte une part de jugement subjectif. Nous attirons votre attention sur le fait que les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable de montbleu finance.

 

Mots clés :