montbleu finance / Nos convictions

Le premier producteur de gaz propre « made in France » !

La Française de l’Energie est un opérateur de premier plan dans le secteur de l’énergie en France avec des actifs gaziers dans le Nord et l’Est de la France plus spécifiquement concentrés sur le gaz issu du charbon, dit gaz de charbon. Avec l’acquisition de Gazonor survenue au cours de l’exercice clos le 30 juin 2016, le groupe est devenu le principal producteur domestique de gaz en France. Avec son empreinte carbone faible et un cout de revient très compétitif par rapport au gaz importé, La Française de l’Energie a pour objectif de substituer une partie du gaz importé en France par un gaz de charbon produit localement et valorisé par circuits courts sur les territoires concernés.

Au cours des dix dernières années, le groupe a constitué le deuxième plus grand portefeuille de permis de recherche et producteur de gaz, couvrant une superficie de totale de plus de 10 000 km carrés. Ce portefeuille se compose de plusieurs permis exclusifs de recherche en cours de validité et d’une douzaine de permis de recherche faisant actuellement l’objet d’une demande de délivrance.

Les effectifs de la société s’élèvent à 26 personnes. Le siège social est basé à Forbach, en Lorraine.

 

Au premier trimestre 2018, le chiffre d’affaires s’établit à 1.42 millions d’euros, en progression de 114% sur un an. En 2017, la société avait réalisé un chiffre d’affaire annuel de 3.7 millions d’euros.

 

Deux activités complémentaires

  • L’exploitation du gaz de mine via la filiale Gazonor

Le gaz de mine appelé Grisou, est présent dans les galeries des mines désaffectées. LFDE via filiale Gazonor qu’elle détient à 100% exploite les galeries des mines désaffectées de la région Haut de France. Ce gaz naturel mélangé dans ces vides miniers avec de l’air détient une teneur moindre en méthane, généralement de l’ordre de 50%. A l’époque de l’exploitation des mines, ce gaz était évacué par les évents ou puits de décompression installés à la surface des mines. La société a obtenu un contrat favorable avec EDF et entreprend de convertir majoritairement en énergie électrique ce gaz à teneur réduite en méthane.  Cette activité présente une excellente visibilité et sa rentabilité élevée doit couvrir une partie du besoin de financement du projet lorrain. Le solde de la production continue à être vendu pour être injecté dans le réseau national de gaz après compression.

L'exploitation du gaz de mine donne à la société le label d'energie verte. En effet, le gaz tend naturellement à s’échapper dans l’atmosphère. Outre son effet néfaste sur la couche d’ozone, sa captation empêche sa fuite en le canalisant et permet de limiter l’importation de gaz naturel étranger et l’impact environnemental.

 

  • L’exploitation de gaz de charbon Lorrain

Si LFDE est le seul groupe producteur en France, l’industrie est largement représentée dans d’autres pays comme l’Australie, les USA, le Canada ou la Chine, pays dotés d’abondantes réserves de houille. La production industrielle du gaz de charbon y est techniquement maîtrisée depuis une vingtaine d’années aux Etats-Unis. Elle présente de nombreuses analogies avec l’industrie gazière classique.
Le forage de gaz de charbon s’effectue verticalement sans injection de produits chimiques dans le sous-sol, pour atteindre dans un premier temps la profondeur de la veine de charbon avant de s’infléchir pour pénétrer la veine sur une longueur qui peut atteindre plusieurs centaines de mètres. Une pompe est installée à proximité du contact avec la veine en vue de récupérer l’eau qui baigne le charbon. Lorsque le pompage a réduit la pression de l’eau sous un certain seuil, le gaz désorbe et remonte à la surface par la colonne de forage qui est le chemin de moindre résistance.
Cette technique procure une durée de vie du puit supérieure à celles des puits d’extraction du gaz de schiste nécessitant une fracturation hydraulique de la roche. En effet, l’excellente porosité et la perméabilité suffisante du charbon français permettent des teneurs en gaz naturel de l’ordre de 10 mètres cube par tonne de charbon. LFDE
LFDE exploite le gaz de charbon issu des bassins houillers de Lorraine. Du fait de sa qualité, ce gaz extrait à très forte teneur en méthane devrait concurrencer le gaz Russe. Par ailleurs, la distribution sur le marché local garantit des couts faibles. A termes, les ressources estimées devraient assurer sur longue période environ 5% de la demande française de gaz naturel et jouer son rôle dans la transition énergétique du pays.

 

L’industrie de Gaz de charbon

Si LFDE est le seul groupe producteur en France, l’industrie est largement représentée dans d’autres pays comme l’Australie, les USA, le Canada ou la Chine, pays dotés d’abondantes réserves de houille. La production industrielle du gaz de charbon y est techniquement maîtrisée depuis une vingtaine d’années aux Etats-Unis. Elle présente de nombreuses analogies avec l’industrie gazière classique.
Le forage de gaz de charbon s’effectue verticalement sans injection de produits chimiques dans le sous-sol, pour atteindre dans un premier temps la profondeur de la veine de charbon.

 

Avantages de La Française de l’Energie

LFDE détient deux permis exclusifs de recherche en Lorraine et deux concessions d’exploitation dans les Haut de France. Ces permis lui autorisent d’exploiter 2769 km² et 1911 km² ce qui correspond à la superficie des deux principaux bassins houillers français. Les réserves en méthane sont de l’ordre de 10 Tcf, soit 7 ans de consommation nationale au rythme actuel. A titre de comparaison, la production de l’usine de gaz de Lacq était de 7 Tcf et a nourri l’économie française durant une cinquantaine d’années. Alors que le gaz de Lacq n’offrait qu’une teneur en méthane de l’ordre de 69% et une haute teneur en sulfure d’hydrogène contre d’une 96% pour le gaz issu, issu des bassins houillers des Haut de France et de Lorraine et 85% pour le gaz vendu par Gazprom.
En raison du pouvoir calorifique supérieur, LFDE pourrait vendre son gaz avec une prime de 5% par rapport au gaz russe.
On notera l’absence d’opposition significative des mouvements écologistes et attitude positive des pouvoirs publics à l’égard du gaz « made in France ». En effet, l’objet social est perçu comme doublement écologique : la production de gaz naturel, énergie fossile la moins polluante et la captation du méthane des anciennes mines polluant majeur et danger pour l’environnement. Par ailleurs, la montée en production prévue du gaz de charbon s’inscrit dans la fenêtre de réduction du nucléaire français.

Enfin, la vente en circuits courts et les faibles besoins en investissement nécessaires à l’exploitation contrairement aux compagnies gazières dépendant de l’exploration et le développement de champs gazier, font du gaz de LFDE, le gaz le plus compétitif par rapport au gaz russe (5$/MBtu) et le GNL américain (12$/MBtu).

Quand bien même le projet Lorrain soit encore en phase de pré-développement, la Française de l’Energie possède un avantage compétitif intéressant et s’inscrit dans la transition énergétique.  En conséquence, elle mérite notre attention. 

Bastien Commet, Analyste Financier