montbleu finance / Nos convictions

L’éolien : Un des quatre éléments de montbleu Terra

Le réchauffement climatique est, depuis quelques années, au centre de bien des débats, avec pour corollaire de nombreuses réflexions sur la limitation des émissions de gaz à effet de serre. Dès lors, les énergies renouvelables apparaissent comme un très bon complément aux énergies fossiles et pourraient bien s’y substituer à terme. En effet, la combustion nécessaire à l’utilisation des ces dernières rejette d’importantes quantités de CO2 dans l’atmosphère, notamment avec le pétrole, le gaz naturel et le charbon. Les énergies renouvelables présentent donc une alternative efficace et presque inépuisable.
De plus, cette énergie propre et non polluante est largement disponible, contrairement aux combustibles fossiles qui ne sont l’apanage que de quelques régions du globe. Cela représente un réel avantage pour les pays importateurs, qui ainsi ne seraient plus tributaires de prix influencés par la situation économique et politique des états exportateurs.
Enfin, les énergies vertes seront à terme moins chères à exploiter que leurs cousines fossiles. Si leur production demande un investissement initial important, une fois démarrée, celle-ci bénéficie de ressources abondantes et gratuites, telles que le soleil, l’eau et l’air, l’énergie du vent étant la plus simple à exploiter.
 
 
„► L’éolien : marché et perspectives de croissance
 
Le parc éolien mondial représente 432,5 gigawatts fin 2015 contre 370 gigawatts en 2014, soit une croissance sectorielle de 17% correspondant à des investissements de plus de 100 milliards de dollars. Aujourd’hui, cette énergie verte couvre 3% de la consommation électrique planétaire (près de 4% en France).
Leader incontesté, la Chine occupe la première place avec un parc éolien s’élevant à 145 gigawatts en 2015, la croissance de ses installations représentant la moitié des nouvelles implantations réalisées à travers le globe. En seconde position, on retrouve les États-Unis avec une production qui atteint désormais 74,5 gigawatts. La médaille de bronze revient à l’Allemagne avec 45 gigawatts.
Le Global Wind Energy Council (GWEC) estime que, d’ici 2030, 15% à 17,5% des besoins énergétiques mondiaux pourraient être couverts par l’énergie éolienne. La moitié des parcs sera installée dans des marchés en plein essor comme le Brésil, la Chine, l’Inde, le Mexique, le Maroc, l’Afrique du Sud ou la Turquie.
 
 
►„ Nos convictions
 
Vestas Wind Systems est le premier producteur mondial de systèmes de génération d'énergie éolienne et la seule entreprise d’énergie entièrement dédiée à ce secteur, auquel elle se consacre exclusivement depuis 1987. Cette société danoise exerce son activité dans plus de 70 pays, avec un parc de près de 57 000 unités pour une capacité totale de plus de 60 GW. La majorité des éoliennes qu’elle installe (52%) se trouve en Europe et au Moyen-Orient, même si le marché américain représente également une part très importante de ses ventes (41%).
Les produits proposés par Vestas sont de véritables références en termes d’innovation et de puissance, qu’ils soient destinés à une implantation en mer ou sur terre. Elle est d’ailleurs la société qui possède l’éolienne la plus puissante du monde, délivrant une puissance de 8 mégawatts.
 
Chiffres-clés
En 2016, la capitalisation boursière de Vestas représente 13,4 milliards d’euros. L’entreprise affiche une forte croissance de son chiffre d’affaires depuis 2010. Avec un taux annuel moyen de 9,7%, celle-ci augmente à chaque exercice jusqu’à atteindre les 21% en 2014 et 2015. Le résultat net a, quant à lui, presque doublé entre ces deux mêmes années et les rapports trimestriels prévoient une augmentation de celui-ci de l’ordre de 50% pour 2016. Enfin, Vestas dégage des marges élevées et sa situation financière apparaît excellente, ce qui lui confère une importante capacité d’investissement (facteur crucial dans ce secteur).
 
 
Nordex est un constructeur allemand d’éoliennes de grande puissance, adaptées à la majorité des régions et des climats du globe. Avec la production en série d'éoliennes multi-mégawatts de la génération Nordex Gamma N90/2500, N100/2500 et N117/2400 (chacune étant dédiée à une zone géographique spécifique selon la puissance des vents), Nordex offre une gamme de produits de haute performance pour des installations terrestres.
Aujourd'hui, il y a plus de 6 000 éoliennes Nordex en fonctionnement dans 34 pays, pour une puissance totale de 10 700 mégawatts. En termes de couverture géographique, si Nordex concentre son activité principalement en Europe, elle possède tout de même des filiales dans 19 autres pays à travers le monde.
En 2016, Acciona Windpower et Nordex ont fusionné avec l’ambition de créer le leader mondial de l’industrie du vent.
 
Chiffres-clés
Nordex, dont la capitalisation boursière est de 1,99 milliard d’euros en 2016, connaît une forte croissance ces cinq dernières années. En effet, sa croissance moyenne entre 2011 et 2015 est de 19,6%, quand entre 2014 et 2015 son chiffre d’affaires progresse de 40%. Par sa fusion avec Acciona Windpower, Nordex a augmenté de 26% sa production d’éoliennes et perfectionné ses turbines en accroissant  leur puissance de 84%. L’entreprise a réalisé un très bon troisième trimestre 2016, ce qui se traduit par une augmentation générale de ses marges et une croissance de son résultat net de 42% par rapport à la même période en 2015.
 
 
DONG Energy est une société d’État danoise. Même si elle est engagée dans la production et la distribution d’énergie et de gaz, elle n’en reste par moins le premier fabricant d’éoliennes offshore (marines) au monde. DONG Energy souhaite sortir du secteur pétrolier et gazier (principal responsable de la baisse de ses revenus en 2016) afin de se concentrer sur l’énergie éolienne. L’entreprise, qui emploie 6 674 personnes, a fait son entrée en bourse le 9 juin 2016 et exerce aujourd’hui ses activités principalement en Europe. En 2016, elle a signé d’importants contrats et remporté des appels d’offres très prometteurs.
DONG Energy a par ailleurs entamé la construction de la plus grande ferme offshore au monde avec 300 unités pour une capacité de production de 1,8 gigawatts (ce qui équivaut à la consommation électrique annuelle de 1,6 millions de personnes soit environ deux réacteurs nucléaires). Ces différents projets devraient être totalement opérationnels en 2020, promettant alors de belles perspectives de croissance.
 
Chiffres-clés
La capitalisation boursière de DONG Energy atteint les 13,2 milliards d’euros en 2016. Le leader de la production énergétique au Danemark a vu ses ventes dans le secteur de l’énergie éolienne augmenter de 49% entre 2014 et 2015.
Malgré tout, l’installation d’une éolienne offshore reste 2,5 à 4 fois plus coûteuse que celle d’une éolienne terrestre. Ce constat explique les disparités qui existent entre DONG Energy et ses concurrents possédant principalement des installations au sol. Les estimations sur l’année 2016 présagent cependant un retour à un résultat net positif pour l’entreprise danoise, notamment grâce à une baisse importante de ses amortissements (en diminution de 74%). Par ailleurs, ses différents projets, une fois menés à leurs termes, devraient s’avérer très rentables.
 
—–~ ~
 
La prise de conscience actuelle au niveau mondial des enjeux énergétiques et climatiques met, chaque jour un peu plus, les énergies renouvelables sur le devant de la scène. Dans ce contexte, le secteur de l’éolien, et plus particulièrement offshore, devrait continuer à bénéficier de cet engouement pour les énergies propres. Moins "envahissantes" pour les populations et avec des coûts de production diminuant chaque année grâce à des avancées technologiques conséquentes, de nombreuses fermes maritimes devraient voir le jour d’ici 2030.
L’énergie éolienne devient de plus en plus rentable. Si à cela on ajoute une très bonne santé financière et un marché porteur, des sociétés comme DONG Energy, Vestas et Nordex, qui offrent à la fois stabilité et performance, demeurent de bons investissements sur les moyen et long termes. L’éolien reste donc une conviction forte de montbleu Terra.
 
 
Éric Venet, Directeur de la gestion
Félix Raymond
 

Les commentaires correspondent à l’opinion de l’auteur au 26/01/2017 et sont susceptibles d’évoluer en fonction des conditions de marché et d’autres événements. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’achat ou de vente. Il a été établi sur la base d'informations et comporte une part de jugement subjectif. Nous attirons votre attention sur le fait que les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable de montbleu finance.