montbleu finance / Nos convictions

Pandora : Quand le bijou se porte comme un charm

Tout a commencé il y a plus de 30 ans, en 1982. Dans une petite bijouterie d’un quartier modeste de Copenhague, au Danemark, l’orfèvre Per Enevoldsen et sa femme Winnie débutent l’aventure de ce qui deviendra Pandora. Au début concentré sur la recherche de bijoux à importer, puis ensuite grossiste, le groupe se spécialise finalement dans la création de ses propres bijoux. C’est dans les années 2000 que Pandora lance le fameux concept du bracelet à charms sur le marché danois. Ce bracelet personnalisable représente la majorité du chiffre d’affaires (60% en 2016).
 
Aujourd’hui, Pandora gère un modèle économique vertical intégré, allant du design et de la production interne, au marketing global et à la distribution directe sur la plupart de ses marchés.
Les bijoux Pandora sont vendus dans plus de 100 pays sur les cinq continents dans près de 8 100 points de vente, dont environ 2 100 concept stores. Le groupe emploie plus de 21 500 personnes dont 12 400 à Gemopolis en Thaïlande, où l’entreprise fabrique ses produits.
 
Pandora a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 20,3 milliards d’euros.
 
 
„► Une rentabilité battant tous les records
 
Le groupe a publié des résultats annuels 2016 en forte croissance dans toutes les zones géographiques et sur toutes les gammes de produits. Le chiffre d’affaires est en hausse de 21,7%, le résultat d’exploitation de 27,3% et le résultat net de 63,9%.
 
Pandora est parvenu à améliorer significativement sa rentabilité. La marge d’exploitation gagne 177 points de base à 36,5% et la marge nette 776 à 29,7%. Ses chiffres sont d’autant plus impressionnants que le groupe affiche des marges supérieures de 14% en moyenne par rapport à ses concurrents. De plus, la marge opérationnelle courante et la marge d’exploitation augmentent pour la quatrième année consécutive.
Avec une telle rentabilité, le groupe est capable de générer un important cash-flow lui permettant de soutenir ses investissements.
 
 
►„ Une année 2017 qui s’annonce compliquée
 
Malgré de très bons résultats, la direction a laissé planer le doute dans l’esprit des investisseurs. En effet, le groupe a annoncé un premier semestre 2017 quelque peu compliqué en raison d’un effet de change négatif et d’une hausse des matières premières qui pourraient impacter la croissance du chiffre d’affaires et les marges de l’ordre de 1%. Cela peut également s’expliquer par une légère baisse de l’activité aux États-Unis qui affichent un repli de 2,6% au 4e trimestre.
De ce fait, le titre perdait plus de 6% à la suite de cette présentation.
 
~ ~
 
Pandora est parvenu à réaliser de très bons résultats et affiche une amélioration significative de sa rentabilité malgré un contexte économique compliqué.
 
Par ailleurs, le groupe possède tout de même un potentiel de progression assez conséquent. Les axes de croissances concerneraient surtout les pays émergents, notamment la Chine où il réalise seulement 20% de son chiffre d’affaires. Cette zone géographique pourrait lui permettre de développer significativement ses ventes. Pour rappel, sur la seule année 2016, il a ouvert 44 nouveaux magasins en Chine, portant le total à 97.
D’autres zones géographiques, comme l’Inde ou l’Amérique du Sud, offrent également des potentiels de croissance assez intéressants. Voilà pourquoi, le groupe vient de signer un partenariat en Inde pour l’ouverture de 50 concept stores dont 5 seront opérationnels dès 2017.
 
Enfin, Pandora s’est fixé pour objectif une marge opérationnelle courante supérieure à 38%, constante par rapport à 2016, et une croissance du chiffre d’affaires de l’ordre de 13% à 18%. Sachant que ses estimations sont en général assez pessimistes, l’année 2017 peut nous réserver quelques bonnes surprises.
 
En conclusion, nous restons convaincus que Pandora fait partie des rares sociétés du secteur du luxe à afficher une telle régularité dans ses résultats. Nous jugeons donc la baisse du titre trop sévère compte tenu de la qualité du dossier et des niveaux de valorisation actuels.
 
 
Sophie Fournet, Gérant
Vladimir Panier
 

Les commentaires correspondent à l’opinion de l’auteur au 10/02/2017 et sont susceptibles d’évoluer en fonction des conditions de marché et d’autres événements. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’achat ou de vente. Il a été établi sur la base d'informations et comporte une part de jugement subjectif. Nous attirons votre attention sur le fait que les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable de montbleu finance.