Accédez à vos comptes

Coronavirus : une chute inédite

Les marchés financiers viennent de vivre la pire semaine depuis Lehman Brothers et la crise de 2008.

Difficile de comprendre une chute en ligne droite d’une telle ampleur même si la plupart des marchés stagnaient sur leurs points hauts il y a à peine une quinzaine de jours.

Paradoxalement, c’est au moment où l’épidémie semble être contenue en Chine, grâce à une politique de confinement active, que la peur s’installe sur les marchés financiers. Les usines chinoises reprennent leur production au dire des dirigeants de certaines grandes entreprises du CAC 40. On peut penser dès lors que les ruptures d’approvisionnement dans les chaines de production devraient être contenues.

La peur s’est installée dans les pays développés à l’apparition de cas de contamination non expliqués. Il est plus difficile d’appliquer une logique de confinement dans nos économies ouvertes dès lors que les cas de contamination se multiplient à travers le monde. Pour autant, un arrêt brutal de nos économies nous semble peu probable. Si des mesures sanitaires se révèlent nécessaires, elles ne sauraient étouffer complètement l’activité.

Il nous semble qu’à ce stade la peur en elle-même est plus préoccupante pour le système que le virus, faiblement mortel à ce jour. Ainsi, les banquiers centraux devraient agir assez vite pour ne pas laisser s’installer une perte de confiance dans nos économies. La Fed envisage d’ores et déjà une baisse des taux de 50 pts de base et les autres banques centrales devraient lui emboiter le pas. Une coordination mondiale forte augmenterait l’efficacité de telles mesures.

N’oublions pas également que l’Europe doit annoncer début Mars son plan environnement pour sa neutralité de carbone d’ici 2050 avec 1000Mds d’Euro de financement et que l’Allemagne peaufine son plan de relance.

Un risque pèse néanmoins sur la consommation mondiale. Si nous pensons que les autorités politiques et monétaires feront le nécessaire, encore faut-il que les citoyens consommateurs ne se laissent pas installer dans une psychose autodestructrice.

Le début du mois de février était très positif sur les actifs risqués grâce à une volatilité relativement faible ; nous assistons à l’effet inverse. Nous nous servirons de nos liquidités pour revenir sur les titres que nous apprécions et dont le prix est redevenu attractif.

Nous restons vigilants et vous remercions de votre confiance.

 

 

L’équipe de Montbleu finance


Les commentaires correspondent à l’opinion de l’auteur au 28/02/2020 et sont susceptibles d’évoluer en fonction des conditions de marché et d’autres événements. Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’achat ou de vente. Il a été établi sur la base d’informations et comporte une part de jugement subjectif. Nous attirons votre attention sur le fait que les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable de Montbleu Finance.

Source : Montbleu Finance